jeudi 22 mars 2018

Une belle rencontre au Salon d'Ambérieu : Mathilde Perrault-Archambault

Miette Editions, une nouvelle maison d'édition pour la jeunesse

Et qu'est-ce qu'elle fait, votre Muse, quand vous avez le dos tourné ? Et bien, elle cherche, recherche, et re-recherche... Et trouve.




Aujourd'hui, elle vous présente une nouvelle Maison d'Editions, Miette Editions, avec l'interview de Ghislaine Lamotte, super timide pour l'occasion, mais qui a bien voulu répondre à toutes nos questions de Muse (enrouée). 

Pour écouter l'interview, cliquez ici : 




Quelques petites infos en plus :

Ghislaine sera en dédicace (youpiii) ce dimanche au salon de Bondues : clic pour découvrir.

Le site de la maison d'édition, c'est ici : je clique pour découvrir Miette Editions



Rapidement, pour vous donner envie, je vous parle d'une des deux sorties : "Le grand voyage d'un petit nuage" : j'ai adoré. Un très bel album, comme je les aime. Avec un petit cahier jeux, à la fin (ohhh, j'adore ça). L'histoire est très belle. C'est celle d'un petit nuage qui veut se rendre utile en donnant son eau (cycle de l'eau, toussa, vous connaissez, hein). Mais attention, il veut bien la donner, mais il veut faire une bonne action. Mais comment ? Ah, ça, c'est à vous de le découvrir.

les systèmes de répétitions tant appréciés des petits sont bien présents. 
Les dessins sont doux et reposants. 
L'histoire est comme je les aime, pas gnangnan, et avec une belle, très belle fin.

Bravo à Thierry Lamotte pour ce bel album.
Et longue vie à cette nouvelle maison d'édition. 



La Muse, conquise






lundi 19 mars 2018

"Elle s'appelait Hope" (petite nouvelle en cadeau /droits réservés)

"Elle s'appelait Hope" 

Il était une fois …

Une jeune fille, qui habitait dans un beau pays. Le pays des livres et des contes, des histoires et des merveilles. Du réussir toujours et de l’espoir.

Elle s’appelait Hope. Hope, en anglais ça veut dire espoir.

Elle rendait des services à tout le monde. Sans contrepartie, comme ça. Tout simplement parce qu’on lui avait appris l’amour, la générosité, la passion des autres et le respect.

Elle rendait des services, sans rien attendre en retour. Elle trouvait cela tellement normal. Et, en grandissant, elle continua.
Aider, expliquer, ré-expliquer …
Pas pour être bien vue, ou pour avoir une place gratuite à un endroit, non, tout simplement parce qu’elle aimait les gens, et qu’elle trouvait normal que chacun aide son prochain.

Un jour, comme toutes les jeunes filles de son âge, ses parents lui achetèrent un smartphone. Elle était heureuse. Elle allait enfin pouvoir échanger avec ses ami.e.s, mais aussi avec le monde entier. La vie était belle.

Et Hope continuait à donner. Bénévole au sein d’une association, elle donnait sans compter, on pouvait toujours lui demander un service.
S’il y avait besoin d’aller chercher un dossier, Hope était là.
S’il y avait besoin de nettoyer avant le grand spectacle, Hope était là.
S’il y avait besoin de guider les gens, Hope était là.

En fait, Hope répondait tout le temps présente, car elle aimait les gens. Mais les gens ne l’aimaient pas. Ils avaient vite compris qu’ils pouvaient se servir d’elle, et que cela ne leur coûterait rien. Alors, ils lui demandaient des services. Oh, pas des gros, mais quand même :
-        Hope, il faudrait faire ci. – Mais oui, répondait-elle, toujours souriante.
-        Hope, il faudrait tenir une permanence. – Avec plaisir, souriait la dévouée jeune fille.
-        Hope, tu peux nous héberger pour une nuit ? Ca ne l’arrangeait pas trop, mais la jeune fille pensait que l’amitié était importante. – Et bien oui.
-        Hope, comment as-tu fais pour réussir ton exposition ? –Je n’ai pas trop le temps de vous répondre, c’est le Vernissage, mais je vais le prendre.

Et de fil en aiguille, de questions en réponses, de demandes présentées gentiment, Hope étaient toujours là.

Mais un jour …

Un jour, Hope ne se senti pas bien. Alors elle consulta. Mais elle n’avait rien. – Vous êtes juste un peu fatiguée, retournez travailler, lui lança le médecin. Hope retourna travailler, et rendre service, comme elle avait l’habitude de le faire. Sourire, être gentille, accueillir, c’était bien cela la vraie amitié.

Mais la santé de Hope continua de décliner. Alors, elle retourna voir le médecin. Qui l’envoya voir un autre médecin, et encore un autre médecin. Bientôt, tous les spécialistes étaient réunis pour dire que Hope était bien malade, qu’elle n’en mourrait pas, mais que sa maladie la rongerait, l’épuiserait, lui apporterait des souffrances, et surtout, ne guérirait jamais. Hope était catastrophée. Elle souffrait tant. Elle n’y arrivait plus. Le moindre effort lui prenait ses journées, comme un diable caché qui n’attendait que cela pour attaquer.

Un jour, un super ami lui dit en la vouvoyant : « vous n’avez pas le monopole de la douleur, vous savez, Hope ». Elle ne comprit pas. Comme elle souffrait le martyr, elle préféra ne pas répondre, en se demandant bien pourquoi ce super ami « à la vie à la mort » comme il l’avait dit se mettait à la vouvoyer. Mais qu’importe, elle devait prendre soin d’elle. Ce n’était donc peut-être pas un si bon ami.

Un autre jour, elle découvrit ce message étrange : « Je n’ai rien contre toi. Mais je suis obligé de mal te parler sur les réseaux sociaux ». Hope était anéantie. Comment pouvait-on être réduit à être obligé à mal parler à une personne. Elle posa la question à son compagnon, qui comme elle, resta sans réponse.
Alors, elle laissa.

Hope avait des tas d’amis à qui elle avait rendu des petits comme des grands services. Comme elle le disait toujours, sans rien en attendre en retour. C’est normal, nous sommes amis.

Et pourtant, le jour où sa santé commença à décliner, même les plus proches de ses amis ont abandonné Hope, parce que ce jour-là, elle n’était plus intéressante, elle ne servait plus. Oh, bien évidemment, on ne lui dit pas comme cela, mais c’était pareil.  

Ca a commencé par l’amie qu’elle allait voir tous les jours, qu’elle avait tant soutenue lorsqu’elle était malade, qu’elle avait même remplacée au pied levé pour une organisation. Elle avait tant donné pour elle. Elle avait même rejeté d’un coup les critiques que certains lui adressaient, en protégeant son amie. Du jour au lendemain, celle-là même à qui elle avait tant donné, l’a rejetée. C’était bien plus facile. Malade, Hope ne lui servait plus. Elle ne pouvait plus lui rendre les services qu’elle lui rendait avant, et qui l’aidait dans sa promotion.

Ce jour-là, personne ne dit rien. Hope eut un voile noir devant ses yeux.

Ensuite, ce fut le cas d’une amie, à qui Hope avait remonté le moral, qu’elle avait même aidé pour des corrections et qu’elle avait soutenue lors d’un différend. Et bien le croirez-vous, lorsque Hope fut malade, et en moins de temps qu’il n’en eut fallu pour cligner de l’œil, Elle se retrouva larguée, rejetée, éloignée. Le pire, c’est que par la suite, elle apprit que son ancienne amie continuait à baver sur elle, afin qu’elle soit rejetée par le plus grand nombre. Mais que lui avait-elle donc fait ? Hope ne souffrait-elle pas assez ?

Là encore, personne ne dit rien. Le voile noir était bien là.

Un autre, qui lui promis de l’emmener quand elle le souhaitait à l’hôpital, parce qu’il était son meilleur ami, l’abandonna de la même manière. Elle ne servait plus à rien, pourquoi s’en occuper ?

Toujours, personne ne dit rien. Le voile devint de plus en plus noir.

Hope accepta d’aider à une organisation, même prévenue au dernier moment, parce qu’elle aimait ce qu’elle faisait. Malgré la maladie, les douleurs et l’épuisement, elle tint bon, et prépara comme il le fallait. Malgré des larmes de désespoir, elle était fière de ce qu’elle réussit à présenter. Mais c’était trop beau. Personne ne voulait d’elle. Elle ne devait plus réussir. Alors, on chargea un illuminé de lui adresser des messages odieux, lui écrivant même qu’elle allait se faire détester par tous. Hope ne répondit plus aux messages. Malgré les promesses, elle ne fut jamais recontactée.

Là encore, personne ne dit rien. Le voile s’assombrit de plus en plus.

Hope fatiguait de plus en plus. Elle réussit quand même, malgré les coups et les mesquineries, à percer. A réaliser son rêve, enfin. Mais cela ne devait pas durer. Elle n’avait pas le droit d’être heureuse. Même un peu.

Alors, pour la punir, ses amis n’eurent d’autres raisons que de ne pas poser la question de son absence lors d’un évènement près de chez elle. Oh, elle aurait tant voulu y être. L’objet de ses rêves y était. Mais pas elle. Il ne fallait pas qu’elle y soit. Et puis quoi, encore, une handicapée ? Il était hors de question qu’elle réussisse à percer. Les personnes handicapées, on veut bien en parler, mais on ne veut pas les voir. Surtout pas.

Là encore, personne ne bougea. En même temps, il ne restait plus grand monde…

Ou presque.

Parce que dans les proches de Hope, quelques voix s’élevèrent, devant l’absurdité de son absence. Quelque uns osèrent poser des questions. Quelque uns demandèrent pourquoi.

Enfin, on la voyait comme elle était, une fille pleine d’espoir et généreuse et non pas comme un larbin au service des autres.

Hope mit du temps à s’en remettre.

Elle fit comme on lui avait appris. Du tri et encore du tri.
Elle apprit à ne plus faire confiance, disons, à moins faire confiance.  
Elle apprit à ne plus recevoir et tant donner, ou moins.

Elle eut mal, très mal. Car elle n’avait pas l’habitude. Même si ce n’était pas la première fois.

Mais, comme son prénom, elle était emplie d’espoir et elle continua encore et encore de donner, comme ça, pour rien. Juste parce qu’elle aimait ce qu’elle faisait.

Et ça, personne ne pouvait lui retirer.   
Elle s’appelle Hope. Hope, en anglais ça veut dire espoir.



Copyright Plum’2 Muse. 19 mars 2018.  
Tous droits réservés.     

Ceci est une fiction. Toute ressemblance avec des personnes existantes ou ayant existé ne serait que le fruit de votre imagination... ou pas 

dimanche 11 mars 2018

Le chansigne, vous connaissez ? Allez, découverte avec Radikal MC & Laëty

Et qu'est-ce qu'elle a découvert, votre Muse, ce week-end ???

Et bien je vais vous le dire. Grâce à l'énergie incroyable de tous les agents de la Médiathèque le Singuliers à Belleville, un super programme a été mis en oeuvre, et ce depuis janvier. Je vous en parle régulièrement, puisque j'y vais souvent. Il s'appelle "Ensemble" et vous pensez bien que moi, j'adore !

Ensemble pour ouvrir un peu plus les yeux, sur les autres, ceux qui ne sont pas comme les autres, ou peut être que c'est nous qui ne sommes pas comme eux. Et puis, la Muse, elle aussi, souffre d'un handicap, même s'il est invisible. Alors, elle aussi, elle est différente, et cette différence fait sa force (3 secondes d'auto-satisfaction). 

Alors, après avoir découvert les chiens-guide, essayé un monde où je ne voyais pas, je suis allée dans un monde qui n'entend pas. Mais ce qui était encore plus chouette, c'était le pont qu'ont réalisé les Artistes entre nos deux cultures, celle des entendants et celle des sourds, grâce au chansigne.

Chansigne, késako ? C'est simple : comme on a TOUS le droit d'aller au concert, ben oui, vous pourrez voir des personnes sourdes à des concerts (ben oui). Et, le truc en plus,  certains concerts sont également chansignés, c'est à dire signés (traduits en Langue des Signes Française : LSF). 

Et ça, c'est génial. Surtout que la chansigneuse, Laëty, est extraordinaire

La veille, nous avions deux ateliers (dommage, mais on le comprend pour les Artistes, ils étaient à la même heure) : un d'écriture avec Radikal MC et un atelier chansigne avec Laëty. Avec Mini-Muse, nous avons été au chansigne (il fallait choisir, hein) et nous nous sommes régalées. 

Déjà parce que Laëty est une personne adorable, qui transmet une vraie joie de vivre. Ensuite, parce qu'on a pu faire, par groupe de deux (et pour le peu, nous nous sommes séparées, Mini et moi, pour faire chacune le nôtre), notre propre chansigne (fières), enfin, pour répéter le refrain de "Besoin d'air" pour le concert du lendemain.

regardez, je vous montre la vidéo qui a été réalisée par les deux Artistes au grand coeur :


Et (important aussi, très important), pour admirer la grâce de Laëty, sur un morceau chansigné, ou plutôt, juste signé. Tout son corps est en mouvement, elle est expressive, et comme le dira le lendemain l'adorable Radikal MC, "vous avez bien fait d'aller à son atelier, des ateliers d'écriture, il y en aura d'autres, mais de chansigne ... Laëty, c'est la meilleure". (alors non seulement il est gentil, mais en plus, il est super modeste, car ses textes sont magnifiques également).

Bref, voici quelques extraits (désolée si ça bouge un peu, mais je chansignais aussi ;) ).

Des superbes paroles, des coeurs en or, comme dans ce titre "Clichés" :



Et là, c'est l'extrait chansigné, qui sera repris par toutes les personnes présentes, debouts devant la scène. C'était extra !!!





Pour aller plus loin, voici la fin du concert. Une très belle rencontre avec deux Artistes extraordinaires, comme la Muse aime à les rencontrer, et tout leur staff, bref, c'était génial.

Mention particulière à l'interprète venu signer bénévolement. Il y avait énormément d'émotions dans la médiathèque de Belleville, et votre Muse et Mini-Muse sont restées encore une heure à papoter. C'était bien. Vraiment bien.

(le début de la vidéo : une personne sourde demande comment les Artistes en sont venus à la LSF : Radikal MC explique qu'il signe car né de parents sourds. puis, la vidéo démarre. Ah, pour les entendants, l'interprète signe pour les personnes sourdes, mais parle aussi pour que les entendants puissent comprendre les questions / réponses. Je n'ai pas filmé les personnes posant les questions pour des droits d'image, mais à la fin de la vidéo, les Artistes se lèvent pour un câlin, et c'est beauuuu).



Que rajouter ? Si, une chose importante : vous aussi, initiez-vous, regardez des vidéos, comprenez la culture sourde, vous allez en sortir grandis. Je vous l'assure.

Et pour terminer, quelques photos des Artistes, qui ont énormément donné, qui sont de VRAIS ARTISTES. (je vous dis que j'ai déjà acheté "Besoin d'air" ?)
















La Muse & Mini-Muse,
Chansigneuses d'un jour
et heureuses
de cette belle rencontre


Et n'oubliez pas : Clic ici pour retrouver les informations sur Ensemble" à la Médiathèque,

et la très belle affiche, Ensemble (et c'est jusqu'au 21 mars), mais ensemble, en fait, c'est tout le temps. Et c'est comme cela que c'est bien. 

Encore un grand merci et un grand bravo à toute l'équipe de la Médiathèque Le Singuliers